Bien-être-à-Table

Pleine Conscience & Alimentation – Mindful Eating


Attention & Méditation

Si j’entends « Faire attention », il y a comme une menace. 

C’est faire attention en traversant la rue. C’était aussi l’air désespéré et le commentaire (inutile) de mes prof de français devant mes copies truffées de fautes d’orthographe.    

…  et mes poils se hérissent.   

Et pourtant, entraîner mon attention je le fais pendant la méditation assise avec joie, douceur et heureusement avec humour face à l’ampleur de la tâche, convaincue de l’intérêt de pouvoir orienter mon attention avec plus de dextérité.

Enfin, je prends soin de moi lorsque je fais attention, en me mettant de la crème, en me déplaçant habilement dans les couloirs du métro, en détendant mon corps le soir, en le saluant le matin, en mangeant mes repas.

Un mot, Attention, « une tension de l’esprit vers… ». Des pensées, des émotions, des sensations corporelles et des comportements radicalement différents, chacun pertinent s’il est utilisé à bon escient.

Méditation et Attention

Avec la méditation de pleine conscience, pendant ce moment où l’on ne fait rien, où « rien » ne se passe, nous tâchons, dans un premier temps de stabiliser le flux de nos pensées.

Nous pouvons utiliser un « objet d’attention ». Prenant conscience par exemple des sensations de contact du corps ; puis des sensations en lien avec la respiration. Et y revenir chaque fois que le mental vagabonde ou se distrait. C’est ici un entraînement de l’attention à plus de stabilité. Nous tâchons de laisser de coté, pendant un moment, les pensées qui ont le pouvoir de nous fasciner.

Pascal Auclair, merveilleux enseignant de méditation, recommande de dire à nos pensées, avec douceur : « Pas maintenant  🙂 »

… et de revenir à la réalité de nos sensations corporelles, encore et encore …  comme un athlète, un artisan qui répète le même geste. Le flux des pensées à peu prêt stabilisé est le socle des autres qualités de la méditation de pleine conscience comme la curiosité, le non-jugement, la non-identification, l’absence de réaction… Toujours le même Pascal, parle de cultiver une certaine « fraicheur » de l’attention.

Cette qualité d’attention m’évoque celle que je pouvais avoir enfant, observant avec précaution les détails dans la nature. » Un escargot sortant de sa coquille, ondulant, se déplaçant, bavant, se rétractant …« 

L’attention plus stable et curieuse, nous pourrons à présent observer comment le mental se trouble :

Une inquiétude, une rumination, une critique apparaît ?

Le désir que ce soit différent surgit ? La résolution d’un problème s’impose ?

Une pulsion, une compulsion prend toute la place…

Si nous restons ancré, sans nous laisser embarquer par ses pensées, c’est l’opportunité de faire l’expérience que « ça » apparaît, de voir les pensées s’enchainer et de sentir  les sensations corporelles qui se modifient. … et …. que « ça » disparaît … pour parfois réapparaître. En répétant encore et encore cette expérience, elle deviendra plus lisible au fur et à mesure.

N’est ce pas une piste pour pouvoir réaliser et se dire :

« Ici et Maintenant,
il n’y a pas de danger immédiat » ?

Ainsi, cette qualité d’attention stable, va permettre d’observer les phénomènes tel qu’ils se déroulent vraiment. Et peut être de vivre l’impermanence de nos petits états comme une douce répétition à vivre plus sereinement l’impermanence de notre JE, de nos états de santé, ou de notre existence ?

Pour terminer ce petit billet, je me souviens que Jan Chozen Bays nous invite à réfléchir au fait que nous avons été éduqué à faire attention à nos gestes. Grattons-nous les fesses devant tout le monde ?  En général non. 

Et si nous avions sur le front un écran sur lequel tout le monde pouvait voir nos pensées défiler, ne ferions-nous pas plus attention à ce qui occupe notre esprit ? 😉


En image, le très juste documentaire « A Joyful Mind » sous-titré en français. Comprendre que méditer, c’est nourrir habilement le singe que nous avons entre les 2 oreilles,  que les anglo-saxon nomme le « monkey mind ». A voir !


Dans la catégorie « The slogan affligeant » :

 » GOUTEZ AU BONHEUR « 


Quelques dates :

Stage à Morlaix cet été du 27 au 31 Juillet

Programme de 8 séances à Paris à partir du 30 Septembre 2020

Formation professionnelle : Initiation aux outils de l’alimentation en Pleine Conscience le Lundi 15 Juin

Contact pour renseignements et inscription : g.desindes@gmail.com

Prochaine news letter avec une méditation audio actuellement dans mon chaudron, d’ici là,

Portons de l’attention à nous même et aux autres.

Savourons la Vie qui renait avec le printemps.