Bien-être-à-Table

Manger & Vivre en Pleine Conscience – Mindful Eating Conscious Living

La Part Bienveillante

La part bienveillante de nous-même.

Il faut voir, ou plutôt écouter comment on se parle.

Une tasse renversée : «  Mais quelle idiote ! », un rdv oublié :  «  Mais quelle C. ! », un petit coup de mou : « Allez, bouge toi! » , trop manger :  » Et bien voilà ! … « . Selon mes derniers sondages, je ne suis pas la seule. Alors, avec humour, tâchons d’observer :

Quel ton employons-nous pour ces petites phrases assassines ? 

La part bienveillante en chacun de nous peut aussi congédier ces « pensées pourries » comme les appelle mon ami Florian Saffer, créateur du centre de formation comportemental et diététique.

Cette part bienveillante pèse plus ou moins lourd dans la balance de notre vie intérieure. Elle dépend beaucoup du contexte dans lequel nous avons été élevé, des modèles auxquels on a pu s’identifier qui, à leur tour, ont influencé nos attachements d’adulte plus ou moins épanouissants.

Madame Vigée Le Brun et sa fille

J’observe notre tendance à remuer ce passé, cette gadoue collante et gluante et à vivre dans le « drame de notre vie », comme un artiste mal-aimé pour soi-disant, « chercher à comprendre. » En remuant ce bazar, il me semble que l’on se décharge émotionnellement sur le coup, mais pour un temps seulement.

Or, si dans l’instant présent, je dirige mon regard, mon attention vers cette part bienveillante pour moi, aussi menue soit-elle….  dans un profond soupir, puis-je me détendre et me sourire intérieurement ?

Ernst Karl Georg Zimmermann (1852–1901)

N’y a-t-il pas l’ébauche d’un sourire qui apparaît au coin de mes lèvres ?

Faisons l’expérience, là maintenant …  Soufflez, tâchez de contacter cette détente, et peut-être même cette douceur pour vous même.


La part bienveillante dans l’assiette.

Cet été, lors d’un goûter champêtre avec des amis, une des convives a servi les assiettes de chacun sans aucune concertation, avec une belle part de gâteau au chocolat plus une part de galette! Clairement, mon assiette était beaucoup trop remplie. Quand j’ai vu que cette personne ne s’était servie qu’une petite part, je lui aurai sauté à la gorge. .. 

Finalement, j’ai seulement pris mon air renfrogné et j’ai remis dans le plat la quantité que je ne souhaitais pas manger. Je me suis sentie non respectée, envahie et ma réaction fut l’agressivité, d’autres auraient pu se réfugier dans un mutisme douloureux. Un peu plus tard, la vue de certains convives qui continuaient à manger avec effort a attisé ma colère.

Dans quelle catégorie seriez-vous ?

L’alimentation en Pleine Conscience nous invite à cultiver une douce curiosité pour tout ce qui tourne autour de nos repas, dans l’instant présent, sans jugement, ni critique. En aucun cas cette attention particulière est un nouvel outil de restriction.

Une des pratiques proposées par le Dr Jan Chozen Bays consiste à se servir la quantité de nourriture qui nous semble bienveillante pour le corps, Ici et Maintenant, quitte à changer d’avis au cours du repas.

« Corps, quelle est la quantité bienveillante, Ici et Maintenant ? »

Et  de mettre sur un bord de l’assiette ce qui nous semble trop si c’est le cas.  Ainsi, quand la part que l’on s’était attribuée est mangée, il est facile de se poser à nouveau la question, est-ce assez ou bien est-ce que je redéfinis une quantité qui me semble juste à cet instant. 

Avez-vous une habitude qui ressemble à cela ?

Certes, parfois ça se complique.  Le corps ou l’estomac dira «  là, c’est parfait. » et la bouche dira clairement « Non, encore! ».

Mais toute la différence avec cette pratique, où l’on prend des décisions au fur et à mesure, c’est que le cerveau n’est plus en mode automatique, cela se passe sous le projecteur de la conscience, dans une zone de notre cerveau qui gère, l’adaptation, la réflexion, la créativité qui rendent possible, avec le temps et de l’entrainement, les changements souhaités.

Le Maître Thích Nhất Hạnh


Prochain programmes Manger et Vivre en Pleine Conscience à Paris 09 pour les particuliers.

Les Dimanches  24 & 31 janvier  /  14 & 21 Février de 14h à 16h30   –   le 28 Février de 10h à 12h  –  le 07 Mars de 14h à 16h30   –   le 14 Mars de 10h à 12h   –  le  21 Mars de 11h à 16h30  (nous déjeunerons ensemble)  –  le 28 Mars de 14 à 16h30

Lieu : Studio ANIMA – 31 rue de Maubeuge – Paris 9ème -Tarifs du programme: 480 € – Pour plus d’informations : https://bien-etre-a-table.com/programme-me-cl/


Formation pour les Professionnels.les

• 5 RDV de 2H (soit 10h via la plateforme Zoom pendant 5 semaines par groupe de 6 stagiaires max,
• 1 livret chaque semaine avec des pratiques à explorer entre les séances avec vos patients et votre binôme,
• Des enregistrements de méditations guidées
• Et après la formation, une supervision, une fois par mois: un RDV de 1h30 ouverts à toutes et tous les professionnelles/els qui ont participé à une des formations que j’anime (en ligne ou en présentiel) afin de maintenir et soutenir le développement de la Pleine Conscience dans votre activité.

Prérequis : aucun
Public : Diététitien.ne – Psychologue – Nutritionniste – Thérapeute psycho-corporel

Jeudi 29 Octobre – Mercredi 4 Novembre – Jeudi 19 Novembre – Jeudi 26 Novembre – Jeudi 3 Décembre  –  Horaires : 10h – 12h ou 14h30 – 16h30
Tarif 250€ 


En formation à l’école de la présence Thérapeutique de Thierry Janssen, je suis particulièrement touchée par son travail.

Quelques mots tirés de son livre : «  Vivre en Paix. Quand psychologie et spiritualité donne un sens à notre existence » Son prochain livre sort en Novembre 😉

« Cette fuite face au moment présent est notre premier mécanisme de défense en réponse à la peur de disparaître. Mais nous en connaissons bien d’autres ! Peur d’être rejetés ? Nous prenons la fuite et rejetons les autres avant qu’ils ne nous rejettent. Peur d’être abandonné ? Nous développerons des stratégies très efficaces pour obtenir ce dont nous croyons manquer. Peur d’être envahis ? Nous nous cacherons. Peur d’être trahis ? Nous manipulerons et contrôlerons, quitte à trahir à notre tour. Peur de ne pas être parfaits pour mériter l’attention des autres ? Nous nous conformerons à une certaine norme, quitte à perdre notre liberté créatrice au profit d’une rigidité efficace. » 

Y-a-t-il des souvenirs qui viennent illustrer ces quelques lignes ?

Enfin :

« Nous vivons imprégnés de la pensée cartésienne selon laquelle nous sommes parce que nous pensons. Heureusement pour nous, être est bien d’avantage que penser. En effet, nous sommes aussi parce que nous percevons et parce que nous ressentons. Il est peut-être temps de s’en rappeler. C’est la condition qui nous permettra d’élargir notre conscience. »

Et parce que les Belges sont à l’honneur de cette newletter ❤

Alors …. ON DANCE

Bon We

Auteur : Géraldine Desindes

Instructrice Mindful eating (MECL et MBEAT)

Les commentaires sont fermés.